Les vrais chiffres du chômage

Une analyse de mai 2012 par Philippe Defeyt, président de l’Institut du Développement Durable

Publié le lundi 4 juin 2012

L’ONEM vient de publier ses Indicateurs trimestriels du marché du travail.

Le communiqué de presse de l’ONEM commence par ce constat : « Le premier trimestre 2012 est le septième trimestre consécutif de baisse du chômage ». Le chômage définition ONEM était en effet au 1er trimestre 2012 en recul de 8.000 unités par rapport au 1er trimestre de 2011.

C’est vrai, mais seulement si on se base sur l’indicateur au champ restreint utilisé par l’ONEM, à savoir la somme des Demandeurs d’emploi indemnisés après un emploi à temps plein et ceux qui ont droit à une allocation d’insertion (ex allocation d’attente).

D’autres sources donnent une toute autre image de l’évolution du chômage au cours des premiers mois de 2012.

Les calculs de l’Institut pour un Développement Durable montrent que :

· le nombre de demandeurs d’emploi inoccupés (définition du Bureau fédéral du Plan) est, au 1er trimestre de 2012, en hausse de 7.000 unités à un an d’écart ;

· si l’on tient compte aussi du chômage temporaire, la hausse à un an d’écart du sous-emploi est de 13.000 unités !

· le sous-emploi a augmenté de 70.000 unités entre le 1er trimestre 2008 (avant le début des crises économiques à répétition) et le 1er trimestre 2012.

Il y a de quoi s’inquiéter.

La divergence entre les évolutions du chômage ONEM et du chômage Bureau fédéral du Plan est à trouver dans la hausse des catégories de demandeurs d’emploi non indemnisés et donc non connus de l’ONEM. Il s’agit en particulier des jeunes en stage d’insertion et des demandeurs d’emploi inoccupés librement inscrits.

D’une manière générale, le nombre de chômeurs annoncé par l’ONEM représente un pourcentage de plus en plus décroissant du nombre de chômeurs donné par le Bureau fédéral du Plan, passant de 80-81% en 2008 à 76,5% en mars 2012.

* * *

Plus de détails dans la note jointe.

Bien à vous.

Philippe DEFEYT

0476/906.365

— 

Philippe DEFEYT